À Dieu Jean Vanier (10 mai 2019)

Je veux rendre hommage à Jean Vanier, qui était pour moi, comme pour tant d’autres, un ami, et surtout l’ami des pauvres et des petits, et bien sûr un grand et véritable ami de Dieu. À chacune de nos rencontres, Jean prononçait le nom de Jésus avec douceur, ferveur, familiarité, respect, gravité, tendresse. Son ton récapitulait à la fois toute la souffrance du monde, dont Jean Vanier était un témoin attentif, et l’Espérance éternelle dont témoignaient aussi son action au service des pauvres, son humour, sa joie de vivre.

Est-ce un clin d’œil du Ciel qu’ait été appelé un si grand homme pour se pencher sur les plus petits ? Je veux dire un homme de si grande taille… Vous savez, il y a des grands qui en imposent par leur stature. Il faut lever la tête pour leur adresser la parole. Je ne sais par quel miracle, Jean savait se faire petit avec les petits. S’il avait de grands bras, c’était pour mieux enlacer ses amis, avec délicatesse.

Je suis devenu son ami il y a 30 ans. Il avait déjà dépassé l’âge que j’ai aujourd’hui, et je crois qu’il avait largement entamé son travail de diminution. Comme le prophète Jean-Baptiste qui savait devoir diminuer pour que grandisse Jésus, Jean Vanier n’a cessé de travailler sur lui-même pour s’adoucir et s’humaniser. Il disait ses faiblesses. Il préférait que chacun reconnaisse ses difficultés et ses blessures plutôt que ses prétendus succès. En quittant la direction de l’Arche, il avait renoncé à tout pouvoir. Jean Vanier était certainement au départ une personnalité forte. Un officier, un philosophe, un leader.

Pour répondre à l’appel à la vie avec les pauvres, les fragiles, les rejetés, il a choisi de se laisser désarmer jusqu’à leur ressembler. Il était vêtu simplement, habitait une petite chambre toute encombrée de livres et de documents qu’il laissait en tas sur le sol. Et puis, quand il ne sillonnait pas le monde à la rencontre des personnes éprouvées, détenues, malades, pauvres, handicapées, il recevait inlassablement à Trosly, à l’écart de l’agitation. Ses visiteurs venaient confier leurs peines ou leurs projets. Il les écoutait avec gravité, intériorisait leurs mots avec respect, avant de prodiguer des conseils d’une voix douce. Il établissait volontiers des liens entre ses nombreux amis. Et puis, ultimement, il priait. Nous étions alors la main dans la main pour déposer tout dans le Seigneur. Et c’est dans ce silence, que se révélait sa source et sa force : Jésus, consolateur, humble de cœur. Son Ami. Son grand Amour. À Dieu Jean ! Et merci.

À Dieu Jean Vanier (10 mai 2019)
5 (100%) 1 vote

One thought on “À Dieu Jean Vanier (10 mai 2019)

  1. Anton Totonjian
    30 mai 2019 at 3 h 53 min

    It is with great interest and delight that i listen to all your programs on KTO .
    I am an Armenian priest living in Armenia.
    Have you written any books? Are there any books that contain your messages. I would like so much to translate your MESSAGE and make it available to my people.
    We are a post-Communist country with all the Communist ideologies …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.