Comment raison garder ?

Tugdual Derville, Délégué général d’Alliance VITA, commente la situation d’entre-deux-tours de cette campagne présidentielle inédite, et frénétique. Tugdual Derville est l’auteur du livre Le temps de l’homme-Pour une révolution de l’écologie humaine (Plon, 2016)

Comment avez-vous vécu le résultat du premier tour de l’élection présidentielle ?

Tugdual Derville : Plutôt paisiblement, au fond. D’abord, ce duel Macron – Le Pen était tout de même une hypothèse très prévisible. Ensuite chacun des autres duels possibles aurait aussi été un événement inédit. Enfin – ou surtout – la paix du cœur est d’autant plus à convoquer que les temps s’annoncent troublés, et sont déjà troublés. Ce quinquennat a divisé les Français et fracturé la société… Je pense notamment aux 36 mesures de «casse sociétale» répertoriées par Alliance VITA.
Inutile d’entretenir l’angoisse au cœur de la bataille. Mais pourquoi devrions-nous placer notre espérance dans des hommes politiques dont nous savons la parole aussi éphémère que versatile ? La campagne présidentielle a été tellement vaine ; elle a donné des pouvoirs politique, médiatique et judiciaire une image tellement déplorable qu’il est inutile d’en rajouter dans l’agitation… La paix est une décision.

Quelle est votre appréciation sur la première semaine d’entre deux tours ?

On frise encore l’hystérie, dans tous les camps. Cette passion politique qui confine à la folie – vu de l’étranger – est une tradition typiquement française. De même que cette quête du leader providentiel qui joue à plein pour les deux finalistes, comme elle avait d’ailleurs joué pour Fillon ou Mélenchon dans leurs camps respectifs, expliquant largement l’intensité de la désillusion. On raisonne moins sur des faits que sur des fantasmes, des projections, des illusions. Chacun donne à la vérité son propre visage… Une chose paraît certaine : dans tous les cas, l’avenir est incertain, ne serait-ce que sur le plan institutionnel. L’irruption d’Emmanuel Macron dans le débat me fait penser au boulangisme de la fin du XIXe siècle. Un leader charismatique, jeune et beau, émerge sans qu’on sache exactement ce qu’il veut, donnant l’impression qu’il peut faire exploser le système… ou le renouveler. Il y aura par essence des déçus en nombre, à ajouter à ceux qui le sont déjà. Pour le moment, au sein des mêmes familles, on se dispute presque comme au temps de l’affaire Dreyfus. Les anathèmes pleuvent… Les personnalités s’emballent, ouvrant des fractures qui ajoutent à la division. Si chacun pouvait réorienter toute cette énergie dilapidée en inquiétude, déploration et diatribes pour faire grandir la justice autour de lui, nous ferions un grand pas vers la vraie politique. Et je ne m’exclus pas de cette exhortation. La politique ne doit se limiter ni à l’engagement partisan, ni au débat, ni au vote. À chacun d’agir pour humaniser la société autour de lui.

« On raisonne moins sur des faits que sur des fantasmes, des projections »

Pour le vote de ce dimanche 7 mai, donnez-vous des consignes ?

Non. Ni en mon nom, ni au nom d’Alliance VITA. Je pense qu’il est essentiel d’éclairer les consciences par des faits objectifs sur les sujets spécifiques qui relèvent de notre compétence. C’est le sens de nos baromètres. Ensuite, c’est à chaque électeur de discerner le vote qui lui paraîtra le plus juste, dans le secret de l’isoloir. Pourquoi ne pas maintenir autant que possible ce secret intime, pour penser et voter en toute liberté de conscience ?
Encourageant chacun à voter, je m’abstiens de dire pour qui je vote : car mon discernement n’est pas infaillible. La vérité ne m’appartient pas. Rien ne peut dispenser chacun de sa propre réflexion.
Voter, même à contrecœur, reste une responsabilité personnelle.

 Et le vote blanc ?

C’est une option. Elle s’apparente à une forme d’objection de conscience, tout en n’ayant pas de véritable portée politique aujourd’hui.

A lire le baromètre de VITA, il n’y a pas photo entre les deux finalistes…

Sur les sujets de VITA, nous avons conçu cette série de baromètres, dès les primaires des grands partis. Leurs dix points sont essentiels, car il n’y a pas de politique digne de ce nom sans conception ajustée de l’homme. Nous actualisons ces tableaux à partir des informations de plus en plus riches sur le passé des candidats, leurs programmes et leurs déclarations. A l’heure où nous sommes, il nous paraît objectif de constater qu’Emmanuel Macron propose, sur plusieurs points majeurs, d’aggraver ce que nous avons appelé la « casse sociétale » du quinquennat Hollande. Je pense surtout à son projet d’ouvrir la PMA aux femmes célibataires ou homosexuelles. Son intervention auprès des collégiens leur demandant si certains « ont deux papas ou deux mamans », assortie d’une instruction civique particulièrement intrusive, confirme son état d’esprit. Sur ce sujet, Marine Le Pen affirme vouloir rétablir l’intégrité du mariage et de la filiation.
Dont acte. Mais nous prenons soin de préciser que ces critères, pour importants qu’ils soient (on dit parfois de certains qu’ils sont « non négociables »), ne sont pas exclusifs. À chacun de les relier aux autres points qui lui semblent essentiels avant de faire son choix. Je précise que, sur le sujet de l’avortement, aucun des onze candidats n’a exprimé une position générale acceptable à nos yeux. Or, il faudrait relever ce défi douloureux, par une politique tranchant vraiment avec celle qu’a encore aggravée François Hollande à quatorze reprises…

 Que répondez-vous à ceux qui estiment qu’avec Marine Le Pen adviendrait une guerre civile ?

On agite des deux côtés la peur du chaos. Justement, je pense souvent à cette « paix factice » dans laquelle nous croyons vivre en France quand nous oublions les atteintes à la vie. Je ne veux jeter la pierre à personne, parce que j’aime, comme chacun, vaquer paisiblement à mes occupations parfois futiles. Mais je me souviens de mère Teresa qui nous alertait à propos de nos pays qu’elle disait « plus pauvres encore que l’Inde » en constatant la banalisation des atteintes à la vie dont parlait aussi son « ami » Jean- Paul II à chacune de ses visites dans cette France qu’il aimait tant ! Je pense aussi à Emmanuel Mounier qui se disait plus choqué par l’injustice que par le désordre, ou à René Girard évoquant ces boucs émissaires que toute société aime désigner et éliminer dans l’inconscience générale.
Avons-nous conscience, pour citer un seul exemple, de l’ampleur de l’eugénisme « démocratique » qui blesse déjà notre société ? Quelle est cette paix que nous voulons préserver si nous fermons les yeux sur ces « étrangers » rejetés par centaines de milliers aux frontières de la vie que sont ces fœtus trisomiques, et autres êtres humains jugés non conformes, indésirables ? Le migrant aussi est très vite traité en bouc émissaire… C’est ce que dit à sa façon le pape François dans Laudato si’ : la personne âgée, la personne handicapée, l’étranger, celui qui vit dans la misère ou sans domicile, et aussi l’embryon humain livré aux laboratoires, tous sont des pauvres à considérer et protéger. Un tel constat douloureux renvoie sans doute dos à dos les deux finalistes et leurs challengers du premier tour de cette élection présidentielle. Mais il interroge aussi chacun d’entre nous sur les critères qui définissent à nos yeux la paix. Nous la confondons trop vite avec la tranquillité et l’anesthésie de nos consciences, voire la protection de nos biens matériels. Or la paix découle de la justice, qui elle-même émerge de la vérité, à oser regarder en face. Ainsi, même notre légitime souci de sécurité face à la menace terroriste devrait nous éveiller à l’insécurité subie par d’autres êtres humains, dont l’humanité est occultée…

Avec un tel constat, que prévoyez-vous de faire ?

Agir ! Le quinquennat 2017-2022 sera d’autant plus « ouvert » qu’il s’annonce incertain. Les législatives revêtent une importance majeure. Nos équipes vont à la rencontre des candidats. Inlassablement, nous montrons, preuves à l’appui, à quel point une politique de la vie, fondée sur des repères anthropologiques solides, est indispensable… et possible, car attendue par de nombreux Français. Quant à la menace du transhumanisme, elle est au centre de nos préoccupations. C’est l’occasion d’engager avec nous les générations nouvelles, celles qui sont tombées amoureuses du bien commun depuis cinq ans « grâce » à François Hollande. Sans rêver d’un retournement politique immédiat, c’est le travail et les initiatives de ceux qui ont à cœur à la fois la vie, la famille et la solidarité avec les plus fragiles qui peuvent changer la donne à long terme.
Aucune raison de se décourager : la vertu de patience est une urgence. Au désert, si nous voulons survivre, il faut marcher vers le bien.

 

Propos recueillis par Frédéric Aimard

Retrouvez le site du livre : Le temps de l’homme-Pour une révolution de l’écologie humaine (Plon, 2016)

Comment raison garder ?
4.76 (95.22%) 46 votes

22 thoughts on “Comment raison garder ?

  1. Jean-Gérard Napoléoni
    5 mai 2017 at 16 h 19 min

    Bonsoir,
    Je ne parviens pas à comprendre comment on peut être neutre et ne pas conseiller quoi que ce soit quand il y a d’une part Marine avec ce qu’elle implique de haine, d’exclusion et de risques pour la démocratie et l’économie et d’autre part Emmanuel qui n’est sûrement pas parfait, mais tellement moins pire.
    La politique c’est choisir, et de par votre exposition publique recherchée, vous êtes un politique avec un devoir de conseil.
    Bien à vous.

  2. Sophie
    4 mai 2017 at 19 h 15 min

    Merci beaucoup!

    Sur tous les sujets et sans exception Monsieur Macron est très dangereux…
    En plus il risque d’obtenir la majorité à l’Assemblée, ce qui serait un drame.

    Et vues les injonctions de nombreuses personnalités de Droite s’alliant aux propos terribles (« intégristes », « fachos », « dangereux », « Nazis » …) de leurs camarades (ou plutôt « frères ») de gauche envers Sens Commun, Vita et La Manif Pour Tous.

    A contre coeur mais pour les Enfants, pour la Famille et Pour la France,
    Je vote fermement (et pour la 1ère fois) Madame Le Pen, qui elle, n’aura jamais la majorité à l’Assemblée Nationale.
    Elle fera au moins le rôle de journalistes qui dénoncera, puisque plus personne n’enquête en France avec sérieux et que la presse désormais ne sert qu’à casser les opposants du contre-pouvoir secret!

    Les élus de droite devront enfin travailler en transparence! C’est mon souhait!
    Merci Vita Merci Tugdual Derville, Merci LMPT.

  3. 4 mai 2017 at 9 h 22 min

    c’est décevant de constater qu’un leader d’opinion tel que vous envoi le message suivant: « discernez dans votre fort intérieur mes frères…pour prendre la bonne décision » !!
    Du NINI.

    Vous n’avez peut être pas compris que les élections sont finies depuis le soir du premier tour .
    Je ne me positionne en rien comme un fan de Mr Macron. IL faut comprendre qu’un parti comme le FN n’a jamais et n’aura probablement jamais l’ambition de présider la France.
    Leur ambition est de faire tourner la « boutique »!
    Marine Le Pen aime trop la France pour la plonger dans le chaos que promet son programme.
    Depuis le début de la campagne son travail a été d’un professionnalisme redoutable. Tout y a été pensé dans les moindres détails. Rassembler autour de la colère, de la peur sont ses leviers. Autant de voix qui lui préparent de belles indemnités. La politique ca paye! Pour en finir avec un lamentable débat face à son rival qui laisse un gout finement voulu d’impréparation sur les dossiers. Un programme vide, beaucoup et surtout de la stigmatisation. Ceci est la démonstration de sa non ambition à la présidence de la France.
    Les Le Pen sont coutumiers du fait!
    Au diable la tiédeur! Jésus est un radical! Dites à nos frères dans la foi qu’il n’y a pas de salut chez les fachos et qu’il n’y en aura jamais!
    Votez donc Macron puisque c’est ce qu’il nous reste!
    Mais surtout soyez présent lors des législatives, ne signez pas de chèques en blanc .
    Notre pays le vaut bien!

  4. Richard
    2 mai 2017 at 14 h 19 min

    Bonjour Pouvez vous étayer le double danger Macron? Merci

  5. Eric
    1 mai 2017 at 23 h 05 min

    Très beau texte de Tugdual Derville. Ce texte me rassure. Oui, il y a encore des personnes qui pensent à la place du plus faible. Merci

  6. Carol Langloy
    1 mai 2017 at 16 h 48 min

    Belle réflexion, mais qui ne tient pas compte d’un élément important : le vote FN, qui aura pour conséquence de placer en France une tyrannie du type Poutine-Erdogan-Orban, ne permettra plus, dans le futur de même oser se poser la question de la PMA ou d’ailleurs toute autre question sur la gouvernance. Pour pouvoir continuer à agir, à se faire entendre, à manifester, la seule solution est de voter pour la liberté. N’oubliez pas que Hitler a été plébiscité par les allemands, avec un pourcentage de 89.93% des voix, en 1934. Les allemands étaient des gens comme vous et moi, qui ont pourtant donné leur pays à la bête immonde.

  7. Benoit
    30 avril 2017 at 19 h 28 min

    Merci pour cette réflexion.Ce qui a été mis en place sur plus d’une génération ne se défera pas en moins d’une génération. L’objectif serait (?) que les lois mauvaises tombent comme des fruits murs parce que la majorité n’en voudra plus et non par un hold-up électoral qui ne tiendrais pas longtemps. Il y a donc du pain sur la planche. « Le temps ne respecte pas ce que l’on fait sans lui »

  8. Anne
    29 avril 2017 at 15 h 10 min

    Je trouve en effet assez choquant ce tableau comparatif aussi simpliste qu’inexplicite. Qu’est-ce que c’est que ces cases bleues ou rouges ou grises ou pire à moitié … Mais sur quels critères vous appuyez-vous ? Comment un choix peut-il être « à moitié » éthique ? Votre tableau n’est vraiment pas digne de vous ! J’avais déjà été choquée par ces mêmes tableaux avant le premier tour. En effet, vous rendez-vous réellement compte que beaucoup de gens, dans un désarroi subi, vont se réfugier vers les moindres balises même vacillantes, quand on leur offre de choisir entre la peste et le choléra !!!
    Or le visuel de ces tableaux se veut clair, et donc incite en toute logique à se tourner vers le FN. Ce qui est vraiment dommage c’est que cela saute aux yeux et que vous n’en faites pas cas. Vous êtes pourtant bien placés pour savoir que la façon de créer un tableau, tout comme on peut orienter des questions, met en valeur ce qu’on veut faire passer.
    Je suis extrêmement déçue et perplexe car il reste tout de même la possibilité de voter EN MASSE blanc, car il est des choix qu’on ne peut imposer sans violer les consciences. Et sur ce point, le vote blanc serait pour vous une simple option, sur laquelle vous ne dites pas trois mots. Il-y-a pourtant de très nombreux électeurs assez courageux à mon avis pour agiter le drapeau blanc, c’est le cas, et dire qu’il faut reprendre les choses plus en amont, et vous n’en parlez pas. Pourtant, savez-vous ce qui se passerait s’il-y-avait une majorités de votes blancs ?
    Rien de significatif ? Merci de me l’expliquer, puisque vous affirmez que les votes blancs n’ont pas d’incidence actuellement en France.
    Je vous remercie par ailleurs pour vos actions en faveur de la vie, qui me donnent chaud au coeur. Bonne semaine et bonne inspiration pour votre vote.

  9. urvoy
    29 avril 2017 at 12 h 43 min

    Tout avec d’accord avec votre analyse sur l’écologie humaine et les périls du transhumanisme, mais pourquoi n’évoquez-vous pas l’écologie intégrale de l’Encyclique Laudato Si ? Souvenons-nous que tout est lié… et c’est bien pour cela qu’Emmanuel Macron est un double danger…

    1. Jean Gérard Napoléoni
      29 avril 2017 at 18 h 36 min

      Monsieur,
      Vous êtes un homme d’influence, vers lequel certains se tournent pour être éclairés, guidés.
      Et, tranquillement, vous expliquez que vous n’avez rien à conseiller, que vos lecteurs n’ont qu’a faire la paix en eux, et que quoiqu’ils décident en conscience, ce sera bien.

      Donc tout se vaut.

      D’une part Mme Le Pen, qui non seulement nous conduira à la ruine économique et ébranlera peut-être de façon terminale le projet européen, mais surtout est une xénophobe et raciste patentée.

      D’autre part, M Macron, un politique assez banal, mais qui n’a sans doute pas les mêmes exigences que vous sur des sujets de société. Effectivement, il va peut-être naturaliser les enfants issus de GPA ou PMA. C’est vrai qu’il serait préférable, que ces enfants qui ont le tort d’exister, restassent étrangers dans leur propre pays.

      Et donc les deux sont à égalité dans votre esprit. Vous ne voyez aucune infériorité morale de l’une mise à côté de l’autre ? Vraiment pas ?
      Vous mettez la haine d’autrui sur le même plan que la différence d’opinion ?

      J’ai du mal à le croire. A moins que vous ayez une préférence que vous n’osez exprimer. Mais là aussi j’ai du mal à le croire.

      De mon point de vue, vous trahissez ce que je crois être vos valeurs en ne condamnant pas l’option Le Pen.

      Bonne journée.

  10. nautin
    29 avril 2017 at 10 h 05 min

    Si vous ne prenez pas position de manière explicite pour l’un ou l’autre des candidats , vous ne citez qu’E Macron sur l’autorisation de la PMA alors que Le Pen a la même position sur ce sujet ;sur le mariage pour tous Emmanuel Macron ne veut pas enlever une liberté obtenue de haute lutte par ces personnes .Le Pen modifie l’appellation et supprime la filiation automatique. Votre long développement sur le trans-humanisme,l’avortement ,la GPA sont certes des sujets importants mais ne sont pas évoqués par les deux candidats car ils ne sont pas d’actualité dans le débat électoral. Par contre vous ne citez pas les positions xénophobes,nationalistes,démagogiquesles et les fréquentations douteuses de Le Pen . Les positions idéologiques,politiques,économiques de Le Pen sont contraires à la doctrine de l’Eglise et à cette belle miséricorde à laquelle François nous invite dans Laudato’si.
    Votre texte est un mélange inapproprié de sujets très différents qui n’a pas d’autre objectif que d’appeler implicitement à votre Le Pen dont la devanture actuelle ripolinée ne reflète pas la face cachée d’un parti d’extrème droite .
    Les catholiques qui vous suivent doivent en prendre la vrais mesure lors de leur votre le dimanche 7 avril.
    Fraternellement à vous.

    1. Marie
      29 avril 2017 at 12 h 29 min

      Outre que j’observe quelques erreurs dans votre commentaire cher Nautin, l’absence de consigne de vote est très claire dans le texte. C’est plutôt une exhortation à la réflexion personnelle « Rien ne peut dispenser chacun de sa propre réflexion.
      Voter, même à contrecœur, reste une responsabilité personnelle ».
      Tugdual précise bien que « nous prenons soin de préciser que ces critères, pour importants qu’ils soient (on dit parfois de certains qu’ils sont « non négociables »), ne sont pas exclusifs. À chacun de les relier aux autres points qui lui semblent essentiels avant de faire son choix ».
      Marie

    2. Eric
      1 mai 2017 at 23 h 12 min

      Je ne sais ce qu’il faut comprendre (ou même si il y une chose à comprendre), mais le Pape François a parlé de « droite forte » et non pas d’extrême droite.
      Sinon, je vous invite très amicalement à regarder cette vidéo de Mgr Rey:
      courte vidéo (3’48”) de Mgr Rey : https://www.youtube.com/watch?v=KJbuLKKsgic

    3. Annelyse
      2 mai 2017 at 12 h 06 min

      non Nautin Marine le Pen est contre la PMA et la GPA, elle n’a pas les mêmes positions que Macron

  11. André
    28 avril 2017 at 23 h 26 min

    Excellentes réflexions pour un dilemme difficile! Bravo pour le parti pris pour les faibles, quel que soit le stade de leur développement avant ou après la naissance, l’état de santé ou l’origine … Félicitations pour l’engagement en faveur de la famille et contre les expérimentations folles d’un transhumanisme qui mérite d’être souligné en rouge par l’ordinateur, tant il sort d’un délire de toute puissance qui créera des problèmes difficilement imaginables.

  12. 28 avril 2017 at 23 h 22 min

    Merci pour ces paroles apaisées et apaisantes.
    Pas de jugement, pas de fantasme, de la sagesse.

  13. Fayet Sylvie
    28 avril 2017 at 22 h 10 min

    Parfait éloge du discernement Merci Tugdual

  14. PHILIPPENS
    28 avril 2017 at 21 h 36 min

    MERCI pour ce message plein d’espérance , MERCI pour votre droiture et votre justesse !
    Merci à vous tous à Alliance VITA,
    Salutations très cordiales, Lisette PHILIPPENS

  15. Francois
    28 avril 2017 at 19 h 05 min

    Merci pour cette lucidité et recentre sur ce qui doit être l essentiel, le bien commun, l attention au plus faible.

  16. REAULT JACKY
    28 avril 2017 at 18 h 14 min

    Belle et noble analyse, respectueuse de chacun d’entre nous comme personnes et refusant de jeter l’anathème manichéen au nom d’un absolu de l’exégèse chrétienne détournée pour imposer un choix politique unique.
    Quel contraste avec la pitoyable et infantilisante correction de pensée unique qui nous fut donnée ce matin 9 h (28 avril 2017) dans un pseudo-débat sans le moindre contradicteur sur RCF (pour moi via Radio Fidélité à Nantes). Jamais je n’avais eu autant l’impression que la hiérarchie et l’appareil médiatique officiel d’Eglise, ne se trouvaient à l’aise que lorsqu’elle en rajoute sur l’ordre établi (en l’occurrence le processus et la contr’anthropologie de la mondialisation). Que du pseudo-moralisme, pas un mot de la France, la « fille ainée » gaussée.. La position des évêques, prétendant ne donner que des éléments de « discernement », était défendue par les représentants des grands media cathos dans l’explicitation schizoïde répétitive qu’il n’y avait qu’un bon vote possible, excluant même le vote blanc. Le pompon revient sans contesten et ce n’est hélas pas la première fois, – qu’est devenue la grande pensée jésuite – ?) par le directeur (représentant) de la revue Etudes, dénonçant « l’obsession de la famille » dans le mouvement social que nous savons, et y revenant avec une méchante ironie, une seconde fois sans la moindre pudeur de la part d’un célibataire fort éloigné des responsabilités de la transmission.

  17. Michelle
    28 avril 2017 at 16 h 30 min

    Intervention pleine de sagesse. Merci Monsieur

  18. Crochet
    28 avril 2017 at 16 h 09 min

    Faire échouer Emmanuel Macron pour des choix sociétaux, voyez Sylvie Goulard « Face aux Chretiens  » Faire échouer l’Europe n’empêchera pas les Champagne Ardennais de franchir la frontière Belge pour leurs fivettes … C’est les consciences qu’il faut éduquer et la Foi don de Dieu à faire découvrir à nos concitoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box