Avec l’écologie humaine, pacifier notre rapport à la création

Intervention de Tugdual Derville à la Chaire Jean Bastaire de l’UCLy le 21 novembre 2017, dans le cadre du Cycle de conférences « Quelques figures contemporaines de l’engagement chrétien pour l’écologie ».

« Il n’y a pas d’écologie sans anthropologie adéquate » (Laudato si’ 118). Ajuster et apaiser notre relation avec le reste de la création nécessite pour l’homme de savoir « qui il est » afin de considérer « tout l’homme et tous les hommes », c’est à dire l’homme dans toutes ses dimensions, sans l’amputer d’aucune ni exclure personne. Animé par cette conviction, le Courant pour une Écologie Humaine propose trois critères : une posture de bienveillance, le développement des communs et le consentement à la vulnérabilité, pour baliser le chemin d’une transition écologique « humanisante ».

 

 

Avec l’écologie humaine, pacifier notre rapport à la création
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *