Défendre une ligne Maginot contre l’euthanasie frontale pour laisser envahir ses arrières par la sédation létale ? Ni le mot ni les maux !

Défendre une ligne Maginot contre l’euthanasie frontale pour laisser envahir ses arrières par la sédation létale ? Ni le mot ni les maux !
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *