Il n’y a pas de fraternité sans corps à corps. Ce qui ne s’incarne pas s’étiole. Face à l’autonomie, la tendresse a toujours le dernier mot.

Il n’y a pas de fraternité sans corps à corps. Ce qui ne s’incarne pas s’étiole. Face à l’autonomie, la tendresse a toujours le dernier mot.
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.