« La mort fait partie de la vie »

Tugdual Derville est le délégué général d’Alliance Vita et fondateur de SOS Fin de vie.
En ce 2 novembre, fête des morts, il revient sur la récente campagne de son association intitulée “Anticipons, avant de mourir”. L’occasion pour lui d’aborder le tabou qu’est devenu la mort dans nos sociétés contemporaines.

Propos recueillis par Charlotte d’Ornellas pour Valeurs Actuelles.

©Iafrate

Alliance Vita a récemment lancé une campagne intitulée “Anticipons avant de mourir”. Pourquoi cette initiative ?

Parce que le sujet de la mort est toujours brûlant, et majeur. Nous essayons toujours d’aborder avec les Français les questions de société sensibles, en toute délicatesse, et surtout en vérité. Or, la mort est le sujet tabou par excellence. En général, on parle assez peu de sa propre mort… Alliance VITA a pourtant montré, avec notre première grande enquête de rue « Parlons la mort », que l’évoquer provoque souvent des conversations « essentielles », à la fois paisibles, fraternelles et bienfaisantes. A l’approche de ce 2 novembre 2017, nos quelque mille volontaires sont à nouveau allés à la rencontre des Français en leur posant cette fois une question apparemment étonnante : « Qu’aimeriez-vous faire avant de mourir ? » L’accueil du public a été excellent, souvent même chaleureux. En quelques heures, nous avons recueilli près de 5000 verbatim. Ils confirment que nous avons besoin de nous projeter dans notre finitude pour mesurer la valeur de la vie, et désirer davantage le bon, le bien et le beau. C’est finalement l’amour qui sort gagnant d’une conversation sur la mort.(…)

(…) Lire la suite de l’article ici.

« La mort fait partie de la vie »
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box