« Mon corps m’appartient », dis-tu ? Or, ton corps, c’est toi. Et tu ne t’appartiens pas. Te traiter comme ta possession, c’est te maltraiter.

« Mon corps m’appartient », dis-tu ? Or, ton corps, c’est toi. Et tu ne t’appartiens pas. Te traiter comme ta possession, c’est te maltraiter.
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.