Directives : j’ai signé ! (07 juin 2019)

Ouf ! J’ai signé mes directives anticipées, après avoir dû avouer en direct à la radio que je ne l’avais pas encore fait. La loi nous propose d’anticiper le moment où nous serions incapables de nous exprimer, en cas de maladie et jusqu’à l’heure de notre mort. J’ai aussi désigné ma personne de confiance pour être mon interprète. On parle beaucoup des directives anticipées ces temps-ci, à cause de Vincent Lambert. Le lobby de l’euthanasie s’en empare pour gagner des adhérents, comme si ces directives préparaient le suicide assisté. Et les autorités sanitaires nous exhortent à les rédiger. Sans rêver de garantir une prétendue mort douce, par des protocoles risqués, la rédaction de ces directives est à encourager. Comme il est impossible de le faire seul, je suggère de se reporter au guide des directives anticipées que diffuse Alliance VITA pour s’approprier cette démarche.

Je voudrais pourtant nous mettre en garde. On entend ici ou là que les directives anticipées serviraient à éviter l’acharnement thérapeutique. C’est faux ! Archi faux ! En France, l’acharnement thérapeutique est interdit, tant par la déontologie médicale que par la loi. En langage médical, on l’appelle obstination déraisonnable. Cela recouvre les traitements inutiles ou disproportionnés et le maintien artificiel de la vie. Nul besoin de directives pour récuser l’acharnement thérapeutique. Quel sens aurait une médecine qui m’imposerait des traitements inutiles ou – pire – nocifs pour ma santé ? Notre charte des directives anticipées promeut des soins proportionnés, qui excluent l’acharnement et l’euthanasie. Cela devrait aller sans dire, sauf si l’on passe en Belgique où il vaut mieux avoir explicité son refus de l’euthanasie car elle entre dans les mœurs, jusqu’à être présentée par certains comme un devoir social.

Mais alors, à quoi servent les directives anticipées ? Essentiellement à dire les traitements (je précise les traitements susceptibles d’être utiles) que je désire ou que je refuse. Car c’est mon droit d’en refuser. Mais comment les lister quand on est en bonne santé ? Mieux vaut se limiter à signer une charte générale, à préciser sa position sur le don d’organe et ses attentes spirituelles et à désigner sa personne de confiance. En cas de maladie évolutive, on complétera utilement ses directives. Par exemple si on ne veut pas ou plus être réanimé ou opéré.

N’oublions surtout pas qu’aucune directive ne remplace le dialogue entre un patient ou ses proches et les soignants. Sans dialogue, la confiance est morte.

Directives : j’ai signé ! (07 juin 2019)
5 (100%) 1 vote

2 thoughts on “Directives : j’ai signé ! (07 juin 2019)

  1. Groleau Jacques
    7 juin 2019 at 20 h 57 min

    « Comment les lister quand on est en bonne santé ? Mieux vaut se limiter à signer une charte générale, à préciser sa position sur le don d’organe et ses attentes spirituelles et à désigner sa personne de confiance », écrivez-vous… Non, ce n’est que négatif, alors que le « guide Alliance Vita est très bien fait – infiniment mieux que celui de la HAS ou, pire, de l’ADMD !
    Peut-être, quand on est passé très près de la mort, sait-on ce que l’on refuse – et même si cela ne relève pas de « l’acharnement thérapeutique ».
    Ce fut le cas pour moi, il y a 54 ans… Donc, j’ai – moi aussi – rédigé mes « directives anticipées », en toute connaissance de cause. 1) parce qu’il n’est pas question que je laisse des médecins « inhumains » (et je sais de quoi je parle) décider à ma place. 2) parce que les juges ne savent pas ce qu’est « l’éthique » – en tout cas, ne démontrent pas qu’ils le savent. 3) parce que, oui, une telle décision est une charge trop lourde, même pour une « personne de confiance ». 4) parce que, hélas, je n’ai trouvé chez aucun médecin une possibilité de dialogue, et que, oui, la confiance en eux est morte.
    Mais je suis désormais obligé de me bagarrer : avec mon médecin traitant, avec les spécialistes chaque fois que je suis obligé d’entrer dans un hôpital (i.e. souvent, depuis quelques années…), avec mon entourage proche… Difficile, le dialogue et la confiance, dans de telles conditions !
    Et la pire erreur – horreur, dirait Jacques Lacan qui jouait sur les allitérations – des lois « dites bioéthiques » actuelles est d’avoir rangé dans les « soins médicaux » l’alimentation et, surtout, l’hydratation : ce ne sont, évidemment, pas des « soins médicaux », mais le devoir de tout « aidant » : on nourrit bien les bébés qui ne savent pas encore le faire par eux-mêmes…

  2. Guillaume Lot
    7 juin 2019 at 20 h 20 min

    Bonjour
    je suis bien sur d’accord sur le fait que des directives anticipées doivent être rédigées ….dans notre monde actuel ! Mais qu’il est triste de penser qu’il faut maintenant remplir un fichier pour palier l’absence de chaleur , d’empathie, de bienveillance et de confiance les uns envers les autres…… Aucune loi, aucun décret, aucun fichier informatiques ne pourront jamais se substituer à cette relation de confiance extraordinaire entre un patient et son médecin, entre une créature malade et celui à qui elle a été confiée… »Seigneur, qu’ai-je fait de mon frère que tu m’avais confié ? L’ai je pris en charge comme Tu le voulais, comme Tu l’aimais »
    Un neurochirurgien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.