« Ne tuons pas la tendresse ! », La Croix, 31 octobre 2018

Lettres aux catholiques qui veulent espérer.

Alors que l’Église traverse une crise profonde liée aux scandales d’abus sexuels, « La Croix » a demandé à des personnalités des pistes pour en sortir. Lettre de Tudgual Derville, délégué général d’Alliance Vita, parue le 31 octobre 2018.

Cliché F. Brochoire

Oserais-je avouer que mon espérance est intacte ? Une phrase du cardinal Lustiger est gravée dans ma mémoire : « Vous les chrétiens, quand vous riez, vous ne riez pas, car gémit en vous toute la souffrance du monde ; et quand vous pleurez, vous ne pleurez pas, car vibre en vous l’Espérance éternelle ! » Il n’y aura jamais de motif valable pour renoncer à cette « grave allégresse » du chrétien. « Tiens ton esprit en enfer et ne désespère pas ! » : c’était la vocation de l’humble starets Silouane, dont la vie mystique avait surmonté la tentative de meurtre qu’il avait perpétrée dans sa jeunesse.

Que faire du poids de ces abus révélés ? Que chacun se reconnaisse « capable du pire » et peut-être chanceux de ne pas l’avoir commis. Qui peut se dire indemne de toute profanation de son propre corps, temple de l’Esprit ? Et toujours respectueux du corps d’autrui ? La meurtrissure que les victimes endurent, tout au long de leur vie, atteste la sacralité de la sexualité, tellement galvaudée. Le grave péché de quelques-uns, tous en portent les éclaboussures, Jésus étant seul innocent et chaste, ainsi que sa mère.

(…)

Lire la suite ici.

« Ne tuons pas la tendresse ! », La Croix, 31 octobre 2018
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *