Prélèvement d’organes forcé : le corps social s’approprie celui de ses membres, par le subterfuge culpabilisant d’un registre des égoïstes.

Prélèvement d’organes forcé : le corps social s’approprie celui de ses membres, par le subterfuge culpabilisant d’un registre des égoïstes.
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *