« Une rencontre qui a fait basculer ma vie dans le bonheur »

Entretien avec Tugdual Derville pour Famille Chrétienne, paru le 26 mars 2018 (6’36).
Propos recueillis par Benoît Pénicaud.

« Ma via a basculé à Lourdes quand j’avais 20 ans. J’ai rencontré Cédric, un enfant porteur d’un handicap assez lourd ; il a fait basculer ma vie dans le bonheur. Auprès d’autres personnes porteuses de handicap, j’ai toujours retrouvé le même émerveillement. C’est presque un école anthropologique ; il n’y a pas de jour où je ne réfléchis pas  à ce que ces amis handicapés m’ont apporté comme joie profonde. »

« Je parle en chrétien : je sais que la victoire de la vie sur la mort est déjà advenue ; je n’ai pas à la fabriquer ! »
[Face aux bouleversements de société],  » Il faut avoir un double regard, d’une « grave allégresse » : il y a ainsi 600 000 embryons ou fœtus conçus et supprimés chaque année dans notre pays, cela fait extrêmement mal. Mais il faut regarder aussi les progrès de la culture de vie ; il y a des prises de conscience. »

« Agir seul [pour les Etats-Généraux de la bioéthique], ce n’est pas évident. Je proposerais de signer notre  pétition au président de la République (parce que c’est lui qui ultimement décidera) ; de donner un point de vue citoyen sur le site des Etats-Généraux, avec des arguments de droit et de justice, qui prennent en compte les plus fragiles ; et sans doute si l’on veut intervenir davantage faut-il se former. »
 » Il ne faut pas se faire berner par les sujets qu’on nous impose, mais revenir aux fondamentaux qui ne sont pas traités. »

« D’un certain côté, la foi n’apporte rien d’autre que le courage [de le dire]. Les convictions liées au respect de la vie et des personnes les plus fragiles sont accessibles à toute personne de bonne volonté. Mais la foi peut éclairer sur la sacralité de la vie, (…) liée à la dignité de l’homme. »

Mais il est vrai qu’un monde sans Dieu est très vite un monde où « l’homme est un loup pour l’homme » ; l’éclipse du sens de Dieu et l’éclipse du sens de l’homme sont corrélées (Jean Paul II, l’Évangile de la vie).

« Ce qui peut nous réunir, croyants comme incroyants, c’ est l’émerveillement face à la beauté du plus fragile, cette expérience anthropologique universelle que Jésus fait lorsqu’il dit, en présence de l’Esprit-Saint, « Je te bénis, Père du Ciel et de la terre, ce que tu as caché aux sages et aux intelligents, tu l’as révélé aux tout-petits ».  Le Seigneur met dans le cœur de l’homme cet attrait pour le plus fragile, c’est comme ça qu’il manifeste la puissance de l’humanité ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.