Ceci n’est pas un édito

En matière d’Humanité, le déni du réel est à la mode. Et il nous fait violence, à tous. Avez-vous vu le journaliste Daniel Schneidermann, d’Arrêt sur Image, confronté aux dénégations d’un invité barbu, soudain indigné qu’on l’ait classé parmi les hommes d’abord, et ensuite parmi les blancs ? La séquence a fait le tour du monde francophone. Elle vaut le détour. À l’intervieweur stupéfait, le barbu lance : « Non, non ! je ne sais pas ce qui vous fait dire que je suis un homme, mais je ne suis pas un homme. » Plongeon en plein Orwell à l’ère de la post-vérité.

L’homme – car c’en est un, ne lui en déplaise – se définit comme « non-binaire, ni masculin, ni féminin ». Dans le même illogisme, il récusera aussi la couleur de sa peau d’un ton moralisateur : « Ben non, je suis à moitié Libanais ; c’est intéressant qu’on interroge tous nos propres stéréotypes (…) parce que, sans même m’avoir posé la question, vous estimez que je suis un homme ; seulement par mon apparence, vous estimez que je suis blanc… »

Quel est le but de cette comédie qui l’a conduit à être la risée d’Internet ? On le présente pourtant comme un responsable de l’Inter-LGBT… Je suspecte de l’agit-prop. Vous savez : secouez, secouez fort, vous choquez d’abord, mais l’on s’habituera doucement à vos outrances, jusqu’à s’y soumettre !

Ce qui m’a d’ailleurs le plus stupéfait, c’est la façon dont le journaliste est entré dans ce jeu en s’excusant de l’avoir heurté. C’eut été une femme à barbe, ou un métis, on aurait pu crier à l’indélicatesse. Mais là, c’était juste un homme blanc, récusant délibérément la réalité de sa nature, sur laquelle les sens du journaliste l’avaient fidèlement renseigné. Or, tout mensonge nous heurte : il blesse en nous cette loi naturelle qui a inscrit dans notre humanité l’attrait de la vérité.

Il suffit de montrer la séquence à un enfant pour le confirmer. L’altérité sexuelle est un précieux bien commun de l’Humanité auquel nous devons tous la vie, et que les déconstruteurs s’acharnent à dissoudre, en forçant la confusion des genres. Voilà donc qu’on nous présente la nouvelle Miss Espagne comme première candidate transgenre à l’élection de Miss Univers. Voilà que le magazine Marie-Claire titre : « Papa est enceinte : la maternité transgenre ». Pendant ce temps, le philosophe Luc Ferry se fend d’une docte tribune dans le Figaro qui prétend démontrer qu’il n’y a ni nature humaine, ni loi naturelle.

Face à toutes ces leçons d’inhumanité, je prône le retour à la raison humaine ancrée dans le corps. Lui ne ment pas.

Ceci n’est pas un édito
Notez cet article

One thought on “Ceci n’est pas un édito

  1. Réal Lauzon
    14 juillet 2018 at 2 h 02 min

    Tout simplement MERCI!! Votre analyse intelligente est également consolante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *