« La fuite en avant scientiste est en train de se retourner contre les plus faibles »

Article paru dans La Croix le 11juillet 2018, suite à la remise du rapport du Conseil d’État sur les questions de bioéthique.
Propos recueillis par Alice le Dréau.

La Croix  : Comment réagissez-vous à la publication du rapport du Conseil d’État ?

Tugdual Derville : J’ai bien l’impression qu’il s’agit d’un jeu de dupes. Le Conseil d’État affirme agir en se fondant sur le droit, mais dans la réalité, derrière sa précision juridique, son rapport ouvre et ferme les vannes selon des critères plus politiques que juridiques. Le Conseil d’État dit renvoyer le législateur à ses responsabilités : dans les faits c’est un blanc-seing donné aux politiques. Comme si, finalement, les hauts magistrats s’en lavaient les mains.

Quels points vous inquiètent ?

T. D : En estimant que rien n’interdit l’extension de la PMA aux femmes seules ou en couple homosexuel, mais que rien n’interdit non plus le statu quo actuel, le Conseil d’État cautionne une éthique du glissement continu vers le moins-disant éthique. Le rapport va jusqu’à écrire, que « le principe de l’intérêt de l’enfant ne constitue pas un élément juridique décisif » dans la décision d’élargir ou pas l’accès à la PMA. Comment une instance aussi prestigieuse peut-elle revenir sur son travail passé et se dédire ?

En 2009, lors d’un précédent rapport, le Conseil d’État avait préconisé de ne pas remettre en cause « l’exigence fondamentale de donner à l’enfant une famille comportant un père et une mère » et de ne pas « créer délibérément un enfant sans père, ce qui ne peut être considéré comme l’intérêt de l’enfant à naître ». Comment se peut-il qu’en quelques années, les principes protecteurs des enfants, brandis à l’époque, tombent d’un coup ? Le rapport ne s’oppose pas à la congélation ovocytaire précoce, ne se prononce pas sur les inséminations post mortem.

Lire la suite ici.

« La fuite en avant scientiste est en train de se retourner contre les plus faibles »
Notez cet article

One thought on “« La fuite en avant scientiste est en train de se retourner contre les plus faibles »

  1. Poyaud
    20 juillet 2018 at 10 h 47 min

    Un Conseil d’Etat qui renoncerait à un fondement anthropologique cohérent ?
    La position du Conseil d’Etat (C.E.) en vue d’une possible remise en cause du critère médical des PMA en France est pour le moins étranger.
    En 2009, l’intérêt supérieur de l’enfant constituait un pilier majeur pour le C.E. : rien ne pouvait justifier de priver délibérément un enfant de père. En 2018, cette même instance abandonnerait les repères de filiation et autoriserait, collatéralement, les PMA post-mortem pour une femme veuve.
    Au lieu de préconiser des préventions à l’infertilité, le C.E. s’aligne sur des désirs adultes ultra-minoritaires pour exposer l’enfant à une vulnérabilité décidée par l’Etat.
    De plus, le C.E. permettrait à la Sécurité Sociale de financer des PMA alors qu’elles ne résultent nullement de faits médicaux avérés.
    Comment imaginer d’envisager un pareil brouillage de filiation et d’identité … en attendant un soutien aux demandes de GPA quand la société le demandera !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *