« Il s’agit d’une PMA sans père » Dimanche en politique, France 3, 25 novembre 2018.

Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, était l’invité de France 3 dans l’émission « Dimanche en politique », le 25 novembre 2018, pour débattre de l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires ou vivant en couple, face à Aurélien Taché, député LREM du Val d’Oise.

 

Quelques verbatim extraits de l’émission :

« Le report du projet de loi n’est pas une mauvaise nouvelle, mais nous sommes prudents. L’exécutif ne veut pas d’une bataille sociétale avant les Européennes. Les priorités des Français sont tout autres. Allons-nous vraiment casser les règles qui président à la PMA, c’est à dire le fait d’avoir un père et une mère ? C’est un enjeu majeur. »

« Il s’agit de dire à toute femme, vivant seule ou en couple : « Vous avez droit à du sperme, pour avoir des enfants qui seront délibérément privés de père ». Il ne s’agit pas d’une PMA « pour toutes », contrairement à ce qu’on dit, mais d’une PMA sans père. »

« On marche sur la tête : est-ce vraiment la priorité de casser des règles de prudence qui ont jusqu’alors garanti que tout enfant né d’une PMA ait un père et une mère ? Nous avons tous bénéficié de cette parité originelle, qui doit être transmise aux générations futures. »

« Nous accompagnons à Alliance VITA des familles en difficulté, des familles monoparentales. 35 % d’entre elles vivent sous le seuil de pauvreté. Nous souffrons de l’errance des pères. Avoir un père et une mère est dans l’intérêt supérieur de l’enfant. »

« La quête des origines, savoir d’où l’on vient est un droit fondamental de l’être humain.L’enfant ainsi conçu subirait une grave discrimination en étant privé de père. »

« Il s’agit de fabriquer de toute pièce un enfant. On va l’amputer de toute référence paternelle. Nous sommes opposés à tout ce qui instrumentalise l’embryon, l’être humain. »

« Nous avons fait un sondage avec l’IFOP montrant que 93% des Français estiment que le père a un rôle essentiel à jouer. »

« La France n’a pas à se ranger au moins-disant éthique. D’autres pays ont une culture utilitariste ; on a aux États-Unis un marché secondaire de l’adoption… La France est le pays de la personne. On la respecte, on ne vend pas ses gamètes, ni les produits du corps humain. Beaucoup de pays attendent la voix de la France. Cette non-marchandisation du corps est absolument majeure. »

« On va demander aux Français de financer l’achat de sperme, la PMA, alors qu’il n’y a pas de problème d’infertilité ? Alors qu’on a tant de problèmes sociaux, fiscaux, on va demander aux Français de payer pour la fabrication d’enfants sans père ? C’est un scandale ! »

« Nous appelons les Français à manifester leur attachement au père, en signant cette pétition « Touche pas à mon père – PMA, jamais sans papa ! » »

« Il s’agit d’une PMA sans père » Dimanche en politique, France 3, 25 novembre 2018.
Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *